Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/07/2014

Pourquoi les travaux n'ont pas commencé avant fin 2013

À l’origine, la ligne entre Lavérune et Prades-le-Lez devait être construite d’un seul tenant.

« Mais le maire de Montferrier-sur-Lez avait demandé qu’on étudie un trajet alternatif depuis le rond-point d’Agropolis », rappelle Robert Subra, vice-président en charge des Transports.

Un contretemps qui aurait empêché l’Agglomération d’obtenir une subvention de l’État de près de 32 millions d’euros soumise à un démarrage des travaux avant la fin de l’année 2013.

 Le chantier de la ligne 5 a donc été scindé en deux.

Après études complémentaires, il s’est rapidement avéré que le trajet alternatif proposé par le maire de Montferrier présentait des impacts environnementaux et fonciers importants ainsi qu’un surcoût trop élevé.

 C’est donc l’option initiale qui a été soumise à l’enquête publique.

Un registre a été ouvert dans les trois communes traversées (Clapiers, Montferrier, St Jean de Védas  et Lavérune), des réunions publiques et de concertation ont été organisées.

 La DUP accordée les travaux devaient commencer dans la foulée, « comme on s’y était engagé », affirme Jean-Pierre Moure."

 Les travaux du premier tronçon sont aujourd’hui ralentis par le recours déposé fin octobre 2013 par le comité de quartier Montcalm contre la DUP (déclaration d’utilité publique) accordée en août 2013.

Les commentaires sont fermés.