Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

31/07/2014

MEMENTO LIGNE 5 DE TRAMWAY DE MONTPELLIER

La Communauté d'Agglomération de Montpellier qui regroupe 31 communes a la compétence pour l'organisation et la maîtrise des transports publics dans l'espace de son territoire.

Dans le cadre du Schéma de Cohérence Territoriale (SCOT) approuvé le 17 février 2006, elle a mis en œuvre quatre lignes de tramways dont les objectifs ont été rapidement atteints et même dépassés pour certaines.

La ligne 5 vient compléter ce dispositif en irriguant les secteurs « plaines ouest » pour les communes de St Jean-de-Vedas, le secteur « Cœur d'agglomération » pour la commune de Montpellier et les secteurs « vallée du Lez » au nord – est pour les communes de Montferrier-sur-Lez et Clapiers.

 CHRONOLOGIE :

1.     Elle a été décidée par délibération du Conseil d’agglomération du 26 mai 2009, puis précisée par délibération du 21 avril 2011

2.     Le Plan de Déplacement Urbain (PDU) approuvé le 26 juillet 2012 a réaffirmé son intérêt

3.     Une enquête publique s’est déroulée du 10 avril 2013 au 13 mai 2013

4.     Cette enquête publique s’est conclue par une Déclaration d’Utilité publique (DUP) du 28 aout 2013

 L'enquête publique a porté sur la procédure préalable à la déclaration d'utilité publique du projet de création de la ligne de tramway n° 5 de l'Agglomération de Montpellier, emportant mise en compatibilité des documents d'urbanisme des communes de Lavérune, Saint-Jean-de-Védas, Montpellier, Montferrier-sur-Lez et Clapiers.

L'enquête publique porte à la fois sur l'utilité publique du projet et sur la mise en compatibilité du PLU qui en est la conséquence.

 

Les arguments développés étaient les suivants :

 La ligne 5 vient renforcer l’armature déjà en place sur un axe sud-ouest /nord et permet également le bouclage de la ligne 4.

Le Projet, s’inscrit dans la continuité des grandes orientations fixées pour le réseau de transport public :

*      Couverture spatiale et desserte du centre de l’Agglomération, au profit du plus grand nombre.

*      Développement du lien social en reliant les territoires en difficulté.

*      Organisation, multiplication et facilitation des échanges par le maillage du réseau.

*      Évolution des services en combinant les itinéraires des lignes.

*      Renforcement de l’interconnexion avec les réseaux régionaux et départementaux. Optimisation de l’exploitation du réseau.

La ligne 5 prend également en compte les objectifs spécifiques qui lui ont été attribués par délibération du Conseil communautaire du 21 avril 2011, notamment celui de poursuivre la construction d’un réseau maillé performant de transports publics, pour diminuer la dépendance automobile.

 

Les objectifs et les enjeux sont décrits avec précision dans le dossier de l'enquête publique. Nous pouvons retenir notamment :

Ø      La diminution de la dépendance automobile avec la création de parkings relais.

Ø       L'amélioration de la densification du réseau avec la combinaison des itinéraires et des correspondances entre lignes.

Ø      La desserte des pôles d'emplois, d'habitat, des grands équipements tels que les établissements scolaires et universitaires, des centres de recherches, des lieux sportifs et de loisirs.

Ø      L'amélioration du paysage urbain le long de la ligne avec une requalification des artères principales.

Ø      Le développement des transports doux tels que le vélo et la marche à pied.

Ø      La diminution de la pollution atmosphérique.

Ø      Desserte des communes périurbaines du territoire de l'Agglomération.

 

COÛT DE L'OPERATION CHIFFRE EN  2009

Investissement :

Le coût global du projet s'élève à 350 millions d'euros HT en valeur 2009, soit une estimation moyenne de 22,3 millions d'euros par km. Cette dépense correspond aux postes suivants :

 

POSTE

Nb

en K€2009 HT

Pourcentage

Frais de maîtrise d’ouvrage,

1

62 118

18%

Acquisitions foncières

2

17 950

5 %

Déviation de réseaux

3

35 155

10 %

Travaux préparatoires

4

6 895

2 %

Ouvrages d’art

5

20 694

6 %

Plateforme

6

9 269

3%

Voie spécifique tramway

7

37 596

11 %

Revêtement du site propre

8

11 552

3 %

Voirie et espaces publics

9

16 871

5 %

Équipements urbains

10

10 507

3 %

Signalisation routière

11

4 599

1 %

Stations

12

8 320

2 %

Alimentation en énergie de traction

13

21 284

6 %

Courants faibles et PCC

14

13 340

4 %

Dépôt

15

8 800

2 %

Matériel roulant

16

62 150

18 %

Opérations induites

17

2 900

1 %

TOTAL

 

350 000

100%

 

L'échéance des dépenses s'étale sur 7 années de 2012 à 2018.

Les exercices 2014, 2015 et 2016 sont les plus importants avec des montants respectifs de 87, 106 et 99 millions d'euros, dans l’hypothèse d’un déclenchement des travaux début 2014 au plus tard

 

Coût en faveur de l'environnement : une enveloppe de 52 millions d'euros est prévue pour compenser les effets du projet, avec des mesures associées, soit près de 15% du coût global du projet. Ces mesures portent notamment sur la qualité de l'air, la compensation des surfaces imperméabilisées, le milieu naturel et biologique, la protection des biens et du patrimoine, la création de pistes cyclables le long de la ligne. Il faut noter aussi les mesures pour la protection des nuisances et des mesures d'accompagnement. Le projet prévoit la plantation d'arbres. Le bilan entre les arbres arrachés et les arbres plantés est positif, il est de 1000 arbres supplémentaires.

 Le plan de financement du projet est le suivant :

Subventions 30%

Emprunts 50%

Autofinancement 20%

 Coût d'exploitation du réseau

Par rapport à la situation actuelle, la mise en service de la ligne 5 amène un surcoût d'exploitation de 4 024 000 d'euros (en valeur 2009). L'augmentation des recettes attendue est estimée à 4 800 000 d'euros (en valeur 2009) pour l'année 2017 et de 6 600 000 d'euros (en valeur 2009) pour l'année 2019. En conclusion la ligne 5 amène un surcoût d'exploitation mais ce dernier est largement compensé par de meilleures recettes.

 QUELLES QUE SOIENT LES RẾVISIONS ẾVENTUELLES PAR L’AGGLOMẾRATION DE CES ESTIMATIONS LIẾES À LA DẾCISION DU PROJET

 LA LIGNE 5, C’EST :

 *      52.700 ẾLÈVES DANS 15 ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT, 6 collèges, 4 lycées, 3 universités et deux écoles supérieures, et leurs personnels.

*      60.000 PERSONNES pour la desserte du quartier du stade de Rugby.

 

LA LIGNE 5, C’EST AU NIVEAU :

*      urbain : le renouvellement des aménagements et des équipements structurants.

*      social : l’accès aux infrastructures, un élément de mobilité et de mixité.

*      environnemental : la réduction du trafic automobile (moins de bruit et de pollution)

*      assurer la continuité d'un service public de transport de proximité accessible à tous sans délaissement de quartier et à terme de territoire

 

LA LIGNE 5, C’EST POUR LES QUARTIERS DE MONTPELLIER :

 

*      Quartier Clémenceau :

o       Rattacher au centre-ville et accès au reste de la ville : équipements sportifs, facultés, zoo

o       Requalifier l'axe principal du quartier, l'avenue Clemenceau, et réaménager les rues et places adjacentes (piétonisation entre Rondelet et Clemenceau)

o       Accéder aux infrastructures du quartier (Cité scolaire, parc Clemenceau)

 

Ø      Quartier Lepic :

o       Rattacher au centre-ville.

o       Rendre le Parc Montcalm accessible sans automobile.

 

*      Quartier des Bouisses :

o       Rattacher au centre ville et irriguer l’IRTS et les établissements médicaux sociaux du quartier qui reçoivent des personnes fragilisés dont des autistes qui paniquent dans les bus mais acceptent de monter dans le tramway..

 

*      Quartiers Estanove, la Chamberte, La Martelle, Pas du Loup et Montpellier Village :

oDésenclaver ces quartiers et redynamiser la vie sociale et les commerces.

 

*      Quartier Ovalie (20 000 habitants à terme):

o  Désenclaver ce nouveau quartier de Montpellier, irriguer le stade de rugby et réduire l’impact automobile notamment les jours de matchs.

 

*      Quartier Nord :

o   Desserte des pôles universitaires et du parc d’activité d’Agropolis et du Zoo par un arrêt desservant le bois de Montmaur.

o    Anticiper l’arrivée du plan Campus.

 

LA LIGNE 5 C’EST, POUR LES HABITANTS DE CLAPIERS, LAVERUNE, MONTFERRIER SUR LEZ ET ST JEAN DE VEDAS :

 

Un moyen d’améliorer leur vie quotidienne pour aller travailler, accéder aux activités économiques et commerciales.

C’est réduire les embouteillages en réduisant le taux d’utilisation de la voiture.

 

 

LE MORATOIRE DE LA LIGNE 5, ANNONCE PAR Philippe SAUREL, même s’il a dit renoncer au terme de moratoire, n’annonçant qu’un non déclenchement des travaux C’EST : 

 

1.      -Renoncer à tout cela pour une durée indéterminée  

 

2.      -Renoncer à la subvention de 37M€ accordée par L’État "sous réserve d’un démarrage des travaux en 2014"

 

3.      Dans l’hypothèse peu probable où ce moratoire ne serait pas en fait un abandon définitif, refaire sans doute les études et les repayer (15% de 350M€ = 5,25M€),

 

4.      -Jeter le discrédit sur les futures décisions planifiées des collectivités, puisqu’il sera acquis que celles-ci n’ont en fait aucune valeur, les successeurs arrivés aux commandes les remettant en cause

 

 

LES CONSẾQUENCES D'UN REPORT INDẾTERMINẾ DE LA

LIGNE 5 DE TRAMWAY

 

 *      Des Entreprises comptent sur le travail commandé pour la Ligne 5 et payer des pénalités de retard coûtera cher.

 *      -Le report présente le risque d'avoir à refaire toutes les études déjà payées : argent gaspillé

 *      Les rues en plusieurs endroits de ces quartiers ne sont pas assez larges pour faire des voies réservées aux bus. Risques importants d'embouteillages en cas de remplacement par des bus.

 *       Les navettes de tramway sont plus régulières que celles des bus, et vont jusqu'à Minuit-1h du matin

 *      Le tramway et son design magnifique, c'est la richesse de Montpellier, c'est ce que les étrangers nous envient.

 *      Il est d'une haute importance d’assurer une continuité dans les services publics.

 *       Le tram concerne tous les types de population, ce n'est pas un luxe. Et certaines zones à desservir sont densément peuplées (ovalie 20 000 habitants à terme), et sont un enjeu important pour les pôles de recherche (Agropolis).

 

*      Si le maillage des lignes de tramway n'est pas achevé, c'est un détricotage de la qualité d'ensemble de la couverture du territoire telle que prévue. C'est un amoindrissement de l'accessibilité universelle pour tous qu'attendent les gens d'un service public de transport et de proximité.

 

 

 Ce que pensent les riverains concernés

des apports de la Ligne 5

 *      Les riverains et les commerçants du Quartier Clémenceau considèrent qu'ils demeurent nombreux et de pleine actualité :

o       Poursuivre le rattachement au centre-ville (dynamique amorcée au niveau du Faubourg de la Saunerie et de la place St Denis)

o       Requalifier l'axe principal du quartier (l'avenue Clemenceau se dégrade et doit être complètement restaurée) notamment au niveau de la voirie (au même titre que le fut le boulevard Gambetta)

o       Réaménager les rues adjacentes (projets de piétonisation entre Rondelet et Clemenceau) et les places publiques (8 mai 1945)

o       Assurer l'accès aux infrastructures publiques du quartier (Cité scolaire, parc Clemenceau) pour un grand nombre d'habitants de Montpellier, de collégiens et de lycéens.

o       Permettre aux riverains, aux familles, aux étudiants, de se rendre aisément aux équipements publics non disponibles dans le quartier : maisons pour tous, équipements sportifs et de loisir (Parc Montcalm).

 *      Les habitants du quartier des Bouisses ne veulent pas de l'abandon de la partie de la ligne 5 qui les concerne. Ce quartier comprend un important Institut de Formation : l'Institut Régional du Travail Social, et plusieurs établissements médicaux sociaux recevant des personnes fragilisées, et parmi eux des personnes autistes, lesquelles sont très souvent dans l'impossibilité psychique de prendre le bus.

 

*      Les habitants des quartiers Lavérune, Estanove, La Chamberte, La Martelle, Pas de Loup, Montpellier-Village

Pour ces quartiers, la Ligne 5 permettra leur désenclavement. Le tramway est aussi nécessaire pour les aménagements périphériques qu'il permettra de réaliser : pistes cyclables, aménagement bien nécessaires des rues qui sont certaines bien dégradées. Il permettra de redynamiser la vie des commerces, et les commerçants l'attendent impatiemment.

 

*      -60 000 personnes sont concernées, par la desserte du parc Montcalm, du stade de Rugby à l’ouest, par Agropolis et les Facultés au Nord.

 

*     - La ligne 5 de tramway c'est 15 ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENTqui doivent être desservis : 6 collèges, 4 lycées, 3 universités et deux écoles supérieures.Au total, on estime le nombre de scolaires concernés à 52 700, auquel il faut ajouter les personnels qui travaillent dans ces établissements.

 

* -Pour les habitants de Lavérune, St Jean de Védas, Clapiers, Montferrier-sur-Lez, Prades, la Ligne 5 de tramway sera un moyen considérable pour améliorer leur vie quotidienne et l'utiliser pour aller travailler, accéder aux activités économiques et commerciales comme aux équipements culturels, sportifs et d'enseignement. L'accès du tramway aux territoires ruraux facilitera l'installation d'entreprises.

 

30/07/2014

Pourquoi les travaux n'ont pas commencé avant fin 2013

À l’origine, la ligne entre Lavérune et Prades-le-Lez devait être construite d’un seul tenant.

« Mais le maire de Montferrier-sur-Lez avait demandé qu’on étudie un trajet alternatif depuis le rond-point d’Agropolis », rappelle Robert Subra, vice-président en charge des Transports.

Un contretemps qui aurait empêché l’Agglomération d’obtenir une subvention de l’État de près de 32 millions d’euros soumise à un démarrage des travaux avant la fin de l’année 2013.

 Le chantier de la ligne 5 a donc été scindé en deux.

Après études complémentaires, il s’est rapidement avéré que le trajet alternatif proposé par le maire de Montferrier présentait des impacts environnementaux et fonciers importants ainsi qu’un surcoût trop élevé.

 C’est donc l’option initiale qui a été soumise à l’enquête publique.

Un registre a été ouvert dans les trois communes traversées (Clapiers, Montferrier, St Jean de Védas  et Lavérune), des réunions publiques et de concertation ont été organisées.

 La DUP accordée les travaux devaient commencer dans la foulée, « comme on s’y était engagé », affirme Jean-Pierre Moure."

 Les travaux du premier tronçon sont aujourd’hui ralentis par le recours déposé fin octobre 2013 par le comité de quartier Montcalm contre la DUP (déclaration d’utilité publique) accordée en août 2013.

Projets dont la subvention sera confirmée dans un délai de 18 mois sous réserve notamment de présenter un calendrier démontrant le démarrage des travaux avant la fin 2013

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/78_proje...

 

Ville principale /Autorités organisatrices /Projets /Km /Mise en service prévisionnelle /Subvention

 

MONTBELLIARD/ Communauté d'agglomération du Pays de Montbélliard /BHNS : 1ère ligne /14Novembre 2015/13 420 000

 

MONTPELLIER /Communauté d'agglomération de Montpellier /Tramway Ligne 5 /11,2 /4ème trimestre 2016 /      31 420 000€